JFK

L'assassinat les questions

Choisissez une langue

Langue préférée
Anglais Français

Documents particuliers

Photos

Galerie

Intention

JFK Dallas 22 novembre 1963Un demi-siècle s'est écoulé. Cinq décennies de doutes et d'espoir déçus. Les enquêtes officielles et les documents rendus publics n'ont pas réussi à convaincre le plus grand nombre de l'unique culpabilité de Lee Harvey Oswald dans l'assassinat du Président John Fitzgerald Kennedy le 22 novembre 1963 à Dallas.

Comment admettre la fin brutale d'un mythe par la faute d'un assassin solitaire armé d'une carabine à $20? Comment se satisfaire de zones d'ombre laissées par une Commission chargée de faire toute la lumière sur l'attentat? Avait-elle seulement les moyens de le faire. Disposait-elle du temps suffisant? Ne s'en est-elle pas trop remis aux conclusions préliminaires du FBI en se bornant à les valider?

Cela dit, après tout ce temps, le problème n'est plus de débattre de l'implication d'Oswald. Elle est amplement démontrée. Il reste désormais à statuer sur le partage des responsabilités et à démontrer qu'Oswald n'était pas seul comme l'affaire Odio tend à le montrer.

Après quoi, l'affaire sera close. Mais quand?

Derniers messages du forum

Marina Oswald son épouse - un personnage bien singulier • Re: Américaine 25 ans après son arrivée aux Etats-Unis
jerome.bagot a écrit :
Dans le but de mieux cerner ce personnage complexe, je conseillerai de lire le livre de Norman Mailer ''Oswald un mystère américain'' voire ''Marina and Lee'' McMillan même si je trouve ce livre un partial, à charge contre Oswald.

Pour ma part, sans hésiter le livre de Norman Mailer avant tout. Comme on dit, il n'y a pas photo.

Statistiques: Publié par pierre.nau — Mer Sep 10, 2014 2:57 pm



Marina Oswald son épouse - un personnage bien singulier • Re: Américaine 25 ans après son arrivée aux Etats-Unis
Dans le but de mieux cerner ce personnage complexe, je conseillerai de lire le livre de Norman Mailer ''Oswald un mystère américain'' voire ''Marina and Lee'' McMillan même si je trouve ce livre un partial, à charge contre Oswald. Je crois qu'il y a eu une ré-édition en 2013, en anglais. Dans les 2 livres la description du couple, de son quotidien jusque dans l'intimité de leur chambre est intéressant même si quelques détails intimes restent à mon sens sans réel objet dans l'oeuvre de l'américaine, il faut vendre ...
Marina au début des années 60 est un personnage fragile, déracinée, curieux, très sensuelle. Elle a suivi son mari aux usa avec crainte par devoir sans doute aussi avec une curiosité pleine d’espoir. Les premiers mois aux USA furent à la fois fascinants et difficiles. Sa découverte émerveillée de la société de consommation, de la liberté fut vite douchée par l’incapacité de son mari à lui offrir un train de vie décent, par ses difficultés à communiquer, par les dissensions au sein de son couple.
Les rapports tumultueux avec Ozzie où violence de l’un répondaient aux moqueries de l’autre, alternées avec des retrouvailles amoureuses qui choquaient l’âme tourmentée et coincée de quaker de Ruth Paine. Manipulatrice même si droite et honnête Ruth attirée par la belle russe a offert à la jeune expatriée, une écoute, une épaule protectrice, un moyen de communiquer, de se libérer de l’emprise oppressante de Lee. Ruth a aussi agi ainsi pour attirer à elle Marina, la posséder psychiquement avec sans doute de désir physique refoulée du fait de son éducation et surtout ses sentiments religieux. Plus tard Marina comprendra le double jeu et de détachera avec raison de cette personne.
La jeune maman a essayé maladroitement de canaliser, de motiver son époux pour le voir rentrer dans le droit chemin afin d’accéder à cet ‘’américan way of life’’ qui la fascinait. Elle a aussi tenter de lui inculquer des valeurs, une conduite de vie, une morale héritée de son éducation de Komsomol , sa réaction après l'attentat manqué sur Walker en donne un exemple. Pour elle, nul n'a le droit de prendre une vie, de juger ou de devenir le bourreau, même d'un être aussi malsain que ce général raciste et extrémiste. Certes, après la mort de Lee, elle a connu des années de frivolités, gagné et perdu beaucoup d'argent, connu une vie affective débridée. Elle était jeune, jolie avec un furieux besoin de vivre après avoir supporté tant de violence et de privations.
Je me suis toujours poser la question de savoir si son comportement du 21/11/63 n'a pas pesé sur la décision d'Oswald, si sa froideur, son rejet ne fut pas de catalyseur, la dernière soupape déclenchant l’irrémédiable?
On ne peut pas refaire l'histoire mais Marina a longtemps ressenti un sentiment de culpabilité, de doute et, peut être, son sentiment actuel vis à vis de l'innocence de son mari est t il un moyen d'exorciser cette souffrance.
Pour tout cela je ne pense pas que Marina a été dans la confidence ou une espionne. Juste peut être éprouvait elle une crainte ou un remord à renoncer à l'URSS, la chute de l'empire soviètique l'a sans doute libérée.

Statistiques: Publié par jerome.bagot — Mar Sep 02, 2014 3:05 pm



Documents et informations diverses • Re: Quelques photos prise en novembre 2013 à Dallas
Je n'imaginais pas qu'un "point de vue" photographique puisse être "protégé" par des droits à l'image,Pierre tu as bien fait de supprimer la photo, je ne voudrais surtout pas t'attirer des ennuis avec nos amis Américain si pointilleux.
Je pense que l'intérieur ( et même l'extérieur) du 1026 N.Berkley street sera soumis aux mêmes restrictions, je ne les publierai donc pas. Si cela intéresse quelqu'un, je suis prêt à les envoyer sur une adresse email privée.
Pour l'anecdote, la maison qui a abrité Oswald à cette adresse est à vendre (j'ai entendu parler de 250.000 $). Cela semble cher pour le quartier, mais doit être une occasion "rentable", il faut débourser 20 $ pour y passer quelques minutes, photographies limitées à 2 par personnes avec interdiction de photographier la chambre sans y faire apparaître au moins une personne. Malgré le "ticket d'entrée", je peux dire que la visite a connu un certain succès dans le groupe dont je faisais partie, une bonne 20aine de participants se sont fendus des 20 $ pour pouvoir faire la visite. Ce que j'ai fais moi aussi, et je dois avouer que je ne l'ai pas regretté. La décoration intérieure semble figée dans le passé, ce qui fait l'intérêt de la visite. En prime, la propriétaire actuelle, petite fille de la propriétaire de 1963 raconte comment Oswald - qu'elle qualifie de jeune homme "soft spoken" - aurait séparé son son frère et un de ses copains qui se disputaient en leur demandant de ne pas se battre.
Ci-joint une photo de Clinton Hill que j'ai prise lors d'une intervention qu'il a faite dans une librairie de Dallas, j'espère qu'elle ne posera pas de problème de droit.
J.R.

Statistiques: Publié par christine — Mar Sep 02, 2014 2:28 pm


JFK retour sur lassassinat Lee H. Oswald pour une place dans lhistoire

8 anonymous guests on-line.

Vous êtes un visiteur. Vous pouvez vous inscrire en cliquant ici.