JFK

L'assassinat les questions

Choisissez une langue

Langue préférée
Anglais Français

Documents particuliers

Photos

Galerie

Intention

JFK Dallas 22 novembre 1963Un demi-siècle s'est écoulé. Cinq décennies de doutes et d'espoir déçus. Les enquêtes officielles et les documents rendus publics n'ont pas réussi à convaincre le plus grand nombre de l'unique culpabilité de Lee Harvey Oswald dans l'assassinat du Président John Fitzgerald Kennedy le 22 novembre 1963 à Dallas.

Comment admettre la fin brutale d'un mythe par la faute d'un assassin solitaire armé d'une carabine à $20? Comment se satisfaire de zones d'ombre laissées par une Commission chargée de faire toute la lumière sur l'attentat? Avait-elle seulement les moyens de le faire. Disposait-elle du temps suffisant? Ne s'en est-elle pas trop remis aux conclusions préliminaires du FBI en se bornant à les valider?

Cela dit, après tout ce temps, le problème n'est plus de débattre de l'implication d'Oswald. Elle est amplement démontrée. Il reste désormais à statuer sur le partage des responsabilités et à démontrer qu'Oswald n'était pas seul comme l'affaire Odio tend à le montrer.

Après quoi, l'affaire sera close. Mais quand?

Derniers messages du forum

La preuve photographique • Re: Le film d'Orville NIX
jerome.bagot a écrit :
Le film de Nix est intéressant mais pour y voir un tireur avec un pistolet à long canon, il faut y mettre du sien ou vraiment avoir de très bons yeux !!!!

Entièrement d'accord avec toi. Les copies à disposition sont de piètres qualités. Seule la version de première génération, à partir desquelles Orville Nix a fait ses observations, permettrait d'y voir plus clair. C'est tout l'enjeu de la bataille dans laquelle Gayle Nix Jackson s'est lancée: la diffusion de la copie la plus claire.

jerome.bagot a écrit :
Les photos et films connus DU 22/11/63 ne permettent pas actuellement de trancher : POINT !!!

C'est ma conclusion dans mon premier ouvrage à propos de la preuve photographique, beaucoup trop subjective pour être définitive. Le plus bel exemple étant le film de Zapruder où chacun est en mesure d'étayer sa conclusion suivant la lecture que l'on peut en faire.
Seul à mon vais le film de Babuska Lady pourrait apporter des éléments nouveaux tels que:
- meilleure datation de l'impact de la balle qui atteint JFK dans le dos, ce que ne permet pas de faire le film de Zapruder, à cause du panneau de Stemmons,
- vision du TSBD et du Knoll plus proche que celle apportée par les films ou photos à disposition.
C'est ce que j'ai essayé de montrer lors de mon "travelling" effectué en 2008 et disponible à la page vidéos du site

jerome.bagot a écrit :
La preuve acoustique me parait plus convaincante même si elle peut être remise en cause. D'ailleurs, il serait bon avec les moyens modernes de reprendre de manière impartiale l'étude des années 70.

Effectivement. A noter que D.B. Thomas dans son ouvrage NO HEAR TO EVIL consacre 4 chapitres actualisés de la preuve acoustique. Intéressant.

jerome.bagot a écrit :
Je suis un partisan du complot restreint moins d'une douzaine de personnes impliquées, cette hypothèse n'implique pas obligatoirement la présence d'un second tireur ou du moins qu'il est fait feu.
la clé de l'affaire est ailleurs dans le comportement de LHO avant et après l'attentat, dans le meurtre de Tippit, dans le passage de LHO à Cuba et la New Orléans.

Je ne peux qu'être d'accord avec toi. C'est ce que je développe dans mes 2 ouvrages.

jerome.bagot a écrit :
Peut être existe t il une preuve visuel dans un grenier de Dallas ou dans un dossier du FBi mais personne ne l'a encore trouvé alors cherchons ailleurs les preuves d'un complot

Ce n'est pas impossible. Régulièrement, de nouveaux films apparaissent, plus d'un demi-siècle après. Il n'est pas interdit d'espérer.
Déjà, le film de Babushka Lady serait une grande avancée.

Statistiques: Publié par pierre.nau — Ven Nov 14, 2014 9:54 am



L'implication d'Oswald dans l'assassinat du Président • Re: La personnalité du tireur solitaire
Pour clarifier mon premier message, apparemment plus ou moins bien compris, je le résume :
Oswald nous est officiellement présenté comme étant un acteur solitaire or, psychologiquement au moins, il ne se comporte pas du tout comme devrait le faire un tel personnage, dont le geste ne peut avoir de sens que s'il le revendique. Bizarrement, l'intéressé ne fait rien de tel, ne se laisse pas capturer aussitôt le meurtre accompli, ni ne semble sérieusement chercher à s'exfiltrer pour, par exemple, passer au Mexique, ou à Cuba, et de là clamer devant l'humanité qu'il a abattu un tyran. Non, il va tout simplement flâner dans la banlieue de Dallas, où il se prend mystérieusement de querelle avec un policier qui, à ce moment, ne peut en aucun cas être censé l'interpeller, puisque son signalement n'est pas encore pris en compte. On ne le remarque pas toujours, mais c'est pour le meurtre de ce policier qu'Oswald sera arrêté, non pour celui de Kennedy. Mais laissons cet aspect qui nous éloigne du sujet : comment réagit Oswald une fois capturé ? Là encore, et bien qu'il n'ait plus d'espoir de s'en tirer, il ne revendique toujours pas l'homicide, ni d'ailleurs ne clame non plus nettement son innocence, mais étrangement dit exactement ce que dirait un complice, peut être un simple comparse, qui commence à comprendre que ceux avec qui il s'était impliqué sont en train de lui faire porter un responsabilité très exagérée, soit en substance : "je me suis fait avoir" ("I'm a pasty").
De ces constats on peut conclure qu'il a certainement été complice d'un complot, et non acteur solitaire. Cela n'empêche pas qu'il ait été éventuellement le tireur du dépôt de livres, ni même pourquoi pas l'unique tireur, voire seulement l'un des complices de celui-ci (simple guetteur, comparse utile pour s'introduire dans le bâtiment ?). On confond en effet presque toujours deux thèses : tireur unique et acteur unique. Il peut très bien (toute analyse technique mise à part) n'y avoir eu qu'un tireur (Oswald ? un autre ?) ET des complices (dont Oswald ?).
La thèse d'Oswald tireur unique d'un complot est notamment défendu de façon assez convaincante par feu Dominique Venner, [i]L'imprévu dans l'histoire, treize meurtres exemplaires[/i], P. G. de Roux, 2012.

Statistiques: Publié par nathanël — Mar Nov 11, 2014 8:45 pm



La preuve photographique • Re: Le film d'Orville NIX
Le film de Nix est intéressant mais pour y voir un tireur avec un pistolet à long canon, il faut y mettre du sien ou vraiment avoir de très bons yeux !!!!
Les films restaurés restent d'une mauvaise qualité rien à voir avec le numérique d'aujoud'hui. Combien de fois depuis les années 80 avons nous été déçus par de faux espoirs ?
Des photos du black dog man sur le Knoll au film du TSBD où l'on verrait le tireur, autant de scoop médiatique pour au final des images ou chacun pouvait voir selon ses certitudes...
Les photos et films connus DU 22/11/63 ne permettent pas actuellement de trancher : POINT !!!
Il faut arrêter faute d'argument technique et de preuve scientifique indiscutable de rechercher la présente en visuel d'un second tireur. Cette quête avec les films et photos à disposition est stérile depuis 50 ans. La preuve acoustique me parait plus convaincante même si elle peut être remise en cause. D'ailleurs, il serait bon avec les moyens modernes de reprendre de manière impartiale l'étude des années 70.
Je suis un partisan du complot restreint moins d'une douzaine de personnes impliquées, cette hypothèse n'implique pas obligatoirement la présence d'un second tireur ou du moins qu'il est fait feu.
la clé de l'affaire est ailleurs dans le comportement de LHO avant et après l'attentat, dans le meurtre de Tippit, dans le passage de LHO à Cuba et la New Orléans.
Peut être existe t il une preuve visuel dans un grenier de Dallas ou dans un dossier du FBi mais personne ne l'a encore trouvé alors cherchons ailleurs les preuves d'un complot

Statistiques: Publié par jerome.bagot — Ven Nov 07, 2014 1:09 pm


JFK retour sur lassassinat Lee H. Oswald pour une place dans lhistoire

15 anonymous guests on-line.

Vous êtes un visiteur. Vous pouvez vous inscrire en cliquant ici.