JFK

L'assassinat les questions

Sujet: Marina et la citoyenneté américaine

Créé le: Sunday, January 04, 2015 - 05:37 PM

pierre.nau
Date d'inscription: Dec 13, 2015
Dernière visiteAug 30, 2019
Messages: 871
Rang: passionné

Le personnage de Marina est déconcertant, à bien des égards. Parmi les interrogations qu'elles suscitent, il en est une qui revient fréquemment:
Pourquoi avoir attendu 1987 avant de devenir citoyenne des Etats Unis?

De plus la date à laquelle elle devient américaine coïncide avec la chute du bloc comuniste et de l'URSS en particulier, son pays d'origine. Simple coïncidence? Ou alors, Marina s'est-elle senti libre tout d'un coup, libérée d'une tutelle qui le lui interdisait jusqu'alors?

Difficile d'y voir trés clair et de trouver des éléments susceptibles de dissiper les doutes.

Date d'inscription:
Dernière visiteAug 20, 2007
Messages: 38
Rang: intéressé

Saturday, May 26, 2007 - 11:18 PM
bien ça c'est intriguant, elle aurait pu demander sa citoyenneté américaine dès juin 1967, pourquoi ne l'a-t-elle pas fait?

Pourquoi a-t-elle attendu 20 ans avant de le faire?

Après tout, pour devenir citoyen américain, ça ne demandait que de maitriser l'Anglais, de mémoriser quelques questions d'histoire pour répondre à un examen écrit, de répudier officiellement son ancienne citoyenneté, et de faire, sous serment, allégence aux États-Unis d'Amérique en dehors de toute autre puissance.

Faut croire que pendant 20 ans, le choix a été difficile... et qu'elle envisageait toujours retourner éventuellement dans son ancienne patrie ou de rester sous la protection de l'URSS...

C'est vrai aussi que pour un résident permanent, acquérir la citoyenneté américaine ne procure pas vraiment d'avantages, à part obtenir le droit de vote... Mais pour quelqu'un d'aussi peu politisée que Marina Prusakova-Porter, était-ce vraiment important?

La moitié des citoyens américains, en bonne et due forme, ne vont que rarement voter...

:-O



modifié par : robindeluxley, 27 Mai 2007 - 00:54
     

pierre.nau
Date d'inscription: Dec 13, 2015
Dernière visiteAug 30, 2019
Messages: 871
Rang: passionné

Sunday, May 27, 2007 - 09:08 AM

Tout de même, la coïncidence de l'année 1989 est troublante. Marina était-elle vraiment la pauvre petite russe perdue dans le nouveau monde, comme on s'est tant plu à le répéter à l'époque?
Pour ma part, je suis assez s'accord avec James Hosty, qui dans son livre, "Assigment Oswald" émet de sérieux doute sur la véracité d'un tel portrait.
Son hypothèse selon laquelle Marina, comme d'autres jeunes gens de son âge, faisait partie d'un programme qui consistait à épouser des ressortissants étrangers de passage en URSS pour les accompagner ensuite dans leur pays d'origine et pour être ensuite utilisé, en cas de besoin, par les autorités soviétiques comme source de renseignements ou vecteurs de mission, n'est pas complètement dénuée de bon sens.
Ce qui est certain, c'est que ce programme a existé. Que ces espions dormants n'aient pas toujours été utilisés par les soviétiques est également vrai. Marina, sauf à démontrer le contraire, ne semble pas avoir été employé non plus.
Pour autant, son mariage éclair après une cour trés brève, son appartenance au komsomols (jeunesses communistes), son physique plutôt avantageux, son background et ses liens familiaux (un oncle colonel au MVD) sont autant de facteurs et d'indices qui pourraient donner raison à Hosty.
Dans ce cadre, il n'est pas complètement incongru de penser qu'elle ait attendu 1989 pour se considérer libérée de sa tutelle des services de l'URSS qui venait de s'effondrer.
C'est en tout cas l'explication la plus logique pour expliquer une si longue attente.
Mais j'admets que cette hypothèse est discutable, faute d'éléments de preuve plus solides.
     

oswaldiste
Date d'inscription: May 28, 2007
Dernière visiteSep 28, 2012
Messages: 520
Rang: passionné

Wednesday, May 30, 2007 - 10:25 PM
Vous allez croire que je le fais exprès, mais encore sur ce point mon opinion diverge.

Pour moi, Marina était plutôt une femme "moderne" qui voulait mener une vie de femme dans un pays libre. Elle a profité d'Oswald pour obtenir son billet de sortie d'URSS et tenter le rêve américain.
Et Marina n'était pas (toujours selon moi) cette femme effacée écrasait par son mari. Au contraire. Je pense que les querelles du couple devaient être à l'origine de Marina, qui s'était rendu compte qu'Oswald ne lui permettait pas de vivre son rêve américain. Et elle ne devait pas manquer de lui faire remarquer qu'il était un looser et qu'il n'arrivait à rien.

Ensuite, pourquoi demander la citoyenneté si tard? Je ne sais pas. Je ne maitrise pas assez les avantages que cela pouvait lui apporter.
Après tout, Rachel étant née aux Etats-Unis d'un père américain, elle devait avoir la nationalité. Ensuite, Marina, sa mère ne devait donc plus risquer une extradition. Et elle était devenue la pauvre Marina accablée par tant de malheur... Dans ce cas, la nationalité américaine ne lui servait peut être pas à grand chose?

Tout ceci est également discutable ;-) .
     

pierre.nau
Date d'inscription: Dec 13, 2015
Dernière visiteAug 30, 2019
Messages: 871
Rang: passionné

Thursday, May 31, 2007 - 12:02 PM

Là encore, tout n’est qu’affaire d’appréciation.
Ce qui est certain, Marina avait du caractère. Ne serait-ce que pour quitter son pays, résister au traitement de Lee son mari et faire preuve d’une attitude pas toujours trés coopérative au moment de ses nombreux interrogatoires.
Maintenant qui est vraiment Marina? La pauvre Marina sur qui tous les malheurs du monde s’étaient abattus ou le personnage avide et sans scrupule vu par d’autres.

oswaldiste
Elle a profité d'Oswald pour obtenir son billet de sortie d'URSS et tenter le rêve américain.


C’est aller un peu vite et prendre un raccourci pour le moins osé. Son départ de l’URSS aussi facilement et son obtention du sésame de sortie en un temps record, laisse perplexe, en dépit des explications maintes fois avancèes qui laisseraient supposer que les autorités russes auraient fait preuve d’humanité en la laissant partir, chez l’ennemi, avec le père de sa fille June. Attendrissant mais bien loin de compte. Les organismes soviétiques n’étaient pas des poètes, loin s’en faut. Etre la femme d’un américain, certes encombrant et que l’on était content de voir partir, pouvait se révéler une condition nécessaire mais pas forcément suffisante.
Si Marina est partie aussi facilement, ce n’est probablement pas sans contrepartie.
Dans ce cadre, l’hypothése d’Hosty est convaicante, sinon probable.

Enfin, concernant le personnage de Marina, un petit peu de pub ne faisant pas de mal, je renvoie au chapitre que je lui consacre dans mon ouvrage: JFK ret…sinat

     

oswaldiste
Date d'inscription: May 28, 2007
Dernière visiteSep 28, 2012
Messages: 520
Rang: passionné

Thursday, May 31, 2007 - 09:49 PM
Les analyses sur les transfuges voulant retourner à l'ouest a été réalisée par le HSCA.
La CIA avait déjà réalisé une étude pour la commission Warren.
Certes, dans la majorité des cas, l'Américain rentrait et la femme restait en URSS.
Mais dans les cas où ils ont laissé la femme sortir, la moyenne pour obtenir le sésame était de 6 mois à 1 an, tout comme Marina.
Pas de vitesse exceptionnelle, elle était dans la moyenne.

Après, connaissant son oncle (membre du MVD) on peut se poser des questions effectivement...

Bref, quand tu dis:
Quote
Son départ de l’URSS aussi facilement et son obtention du sésame de sortie en un temps record, laisse perplexe, en dépit des explications maintes fois avancèes qui laisseraient supposer que les autorités russes auraient fait preuve d’humanité en la laissant partir, chez l’ennemi, avec le père de sa fille June.


Je serai tenté de dire que:
- "le aussi facilement": on peut le dire, elle fait partie de la minorité qui a été autorisée à sortir
- "temps record": non, dans la moyenne
- "preuve d'humanité des autorités russes"? Tiens, ça je ne l'avais jamais lu (ou alors j'avais oublié). Car qui peut associé "autorités russes" et "humanité"? Depuis quand on fait de l'humanitaire en pleine guerre froide?
Je suis d'accord avec toi pour dire que ça, par contre, c'est bien loin du compte!
     

oswaldiste
Date d'inscription: May 28, 2007
Dernière visiteSep 28, 2012
Messages: 520
Rang: passionné

Thursday, May 31, 2007 - 09:51 PM
Dernier détail: j'avoue ne pas avoir encore acheté ton livre. J'avais une petite liste de livres à finir assez longue et j'ai pris du retard. De plus, je me suis lancé dans les Commission Documents et les Russ Holmes Files, ce qui me prend beaucoup de temps.
Mais je ne manquerai pas de l'acheter une fois tout cela fini. ;-)
     

pierre.nau
Date d'inscription: Dec 13, 2015
Dernière visiteAug 30, 2019
Messages: 871
Rang: passionné

Friday, June 01, 2007 - 07:44 AM
oswaldiste

- "le aussi facilement": on peut le dire, elle fait partie de la minorité qui a été autorisée à sortir
- "temps record": non, dans la moyenne


Tu te réferres à la forme et non au fond. Le plus important est qu'elle a été autorisée. Pourtant en qualité de membre des komsomols, nièce d'un oncle colonel au MVD, Marina présentait des "credentials" plutôt au-dessus de la moyenne.
Tout ceci me fait dire que laisser partir aussi facilement (sans considérer le srict aspect administratif et le temps mis pour accomplir la procédure), certaines contre-parties, auxquelles Hosty fait allusion dans son ouvrage, devaient exister.
Dans l'hypothèse où Marina faisait du dit programme (voir plus haut), alors son attitude d'avoir attendu 1989 pour obtenir la nationalité américaine devient logique. Libérée de son autorité de tutelle, elle pouvait accomplir les démarches pour devenir citoyenne des Etats-Unis.

oswaldiste
Les analyses sur les transfuges voulant retourner à l'ouest a été réalisée par le HSCA.
La CIA avait déjà réalisé une étude pour la commission Warren.


Concernant le HSCA, il serait interessant de connaître les conditions dans lesquelles ils ont enquêté. Il est peu probable que les soviétiques aient vraiment joué la transparence dans ce domaine. Surtout à l'époque et dans un domaine aussi sensible.

Concernant la CIA, comme évoqué par ailleurs dans une autre section consacrée à la Commission Warren, elle avait encore moins d'intérêt à jouer la transparence. D'une part pour éviter que certaines informations gênantes apparaissent et parce qu'il y a toujours eu des "deals" entre agences de camps opposés (échanges d'agents pris par l'ennemi etc..)
     

pierre.nau
Date d'inscription: Dec 13, 2015
Dernière visiteAug 30, 2019
Messages: 871
Rang: passionné

Friday, June 01, 2007 - 08:01 AM
oswaldiste

Mais je ne manquerai pas de l'acheter une fois tout cela fini. ;-)


Merci d'avance. J'attends ton avis avec impatience. ;-)
     

Date d'inscription:
Dernière visiteAug 20, 2007
Messages: 38
Rang: intéressé

Saturday, June 02, 2007 - 03:50 PM
Je ne crois pas que Marina pouvait avoir jouer un grand rôle dans les milieux de l'espionnage...

Elle ne parlait pas un traitre mot d'Anglais quand elle est arrivée aux USA, et apparement, elle a beaucoup hésité à suivre son mari en Amérique...

C'est plutôt Oswald qui semble avoir insisté pour qu'elle le suive avec sa fille June...

Le département de la justice refusant de lui dispenser une amnistie, Oswald s'attendait à être arrêté en mettant les pieds aux USA, et ce dernier croyait qu'en rentrant avec femme et enfant, les autorités seraient plus hésitantes à procéder à son arrestation...

Les Oswald furent parmi les derniers passagers à sortir du Maasdam IV le 12 juin 62 et, surprise, personne n'attendait Oswald quand il mit pieds à terre à Hoboken (N.J.), pas même de journaliste...

:lol:
     

pierre.nau
Date d'inscription: Dec 13, 2015
Dernière visiteAug 30, 2019
Messages: 871
Rang: passionné

Sunday, January 04, 2015 - 05:37 PM
Intervention de Jérôme Bagot le 02/09/2014:

Dans le but de mieux cerner ce personnage complexe, je conseillerai de lire le livre de Norman Mailer ''Oswald un mystère américain'' voire ''Marina and Lee'' McMillan même si je trouve ce livre un partial, à charge contre Oswald. Je crois qu'il y a eu une ré-édition en 2013, en anglais. Dans les 2 livres la description du couple, de son quotidien jusque dans l'intimité de leur chambre est intéressant même si quelques détails intimes restent à mon sens sans réel objet dans l'oeuvre de l'américaine, il faut vendre ...
Marina au début des années 60 est un personnage fragile, déracinée, curieux, très sensuelle. Elle a suivi son mari aux usa avec crainte par devoir sans doute aussi avec une curiosité pleine d’espoir. Les premiers mois aux USA furent à la fois fascinants et difficiles. Sa découverte émerveillée de la société de consommation, de la liberté fut vite douchée par l’incapacité de son mari à lui offrir un train de vie décent, par ses difficultés à communiquer, par les dissensions au sein de son couple.
Les rapports tumultueux avec Ozzie où violence de l’un répondaient aux moqueries de l’autre, alternées avec des retrouvailles amoureuses qui choquaient l’âme tourmentée et coincée de quaker de Ruth Paine. Manipulatrice même si droite et honnête Ruth attirée par la belle russe a offert à la jeune expatriée, une écoute, une épaule protectrice, un moyen de communiquer, de se libérer de l’emprise oppressante de Lee. Ruth a aussi agi ainsi pour attirer à elle Marina, la posséder psychiquement avec sans doute de désir physique refoulée du fait de son éducation et surtout ses sentiments religieux. Plus tard Marina comprendra le double jeu et de détachera avec raison de cette personne.
La jeune maman a essayé maladroitement de canaliser, de motiver son époux pour le voir rentrer dans le droit chemin afin d’accéder à cet ‘’américan way of life’’ qui la fascinait. Elle a aussi tenter de lui inculquer des valeurs, une conduite de vie, une morale héritée de son éducation de Komsomol , sa réaction après l'attentat manqué sur Walker en donne un exemple. Pour elle, nul n'a le droit de prendre une vie, de juger ou de devenir le bourreau, même d'un être aussi malsain que ce général raciste et extrémiste. Certes, après la mort de Lee, elle a connu des années de frivolités, gagné et perdu beaucoup d'argent, connu une vie affective débridée. Elle était jeune, jolie avec un furieux besoin de vivre après avoir supporté tant de violence et de privations.
Je me suis toujours poser la question de savoir si son comportement du 21/11/63 n'a pas pesé sur la décision d'Oswald, si sa froideur, son rejet ne fut pas de catalyseur, la dernière soupape déclenchant l’irrémédiable?
On ne peut pas refaire l'histoire mais Marina a longtemps ressenti un sentiment de culpabilité, de doute et, peut être, son sentiment actuel vis à vis de l'innocence de son mari est t il un moyen d'exorciser cette souffrance.
Pour tout cela je ne pense pas que Marina a été dans la confidence ou une espionne. Juste peut être éprouvait elle une crainte ou un remord à renoncer à l'URSS, la chute de l'empire soviètique l'a sans doute libérée.